Actualités

Partager sur :

Gabin Forcier, à la rencontre des jeunes espérantistes : épisode 3 / Gabin Forcier: meeting young Esperantists, episode 3.

02 mars 2022 Actualités Alumni
Vue 150 fois

Mon aventure a maintenant commencé il y a 2 mois et après 6 000 kilomètres en stop, j'ai commencé à approcher ce que j'étais parti chercher : vivre avec des espérantistes. 

Une fois rencontré Jordi à Almeria, je prends la direction de Grenade où je rencontre Antonio qui vit dans un décor à couper le souffle. Au milieu des champs d'oliviers, son voisin le plus proche est à plus de 5 kilomètres ! Je reste une semaine dans cette maison qu'il a construit presque seul et qui est 100% autonome (panneau solaire et puits creusé à 150 mètres de profondeur). Pour la 1ère fois, je me retrouve avec une personne dont notre seule langue en commun est l'espéranto ! Cela donne parfois des scènes amusantes mais le courant passe bien. La langue qui a été créé pour permettre la communication entre des personnes de culture différente, tient ses promesses ! Cette rencontre confirme mon désir de vouloir continuer à apprendre cette langue et rencontrer ses locuteurs. 

Après une courte visite à Séville j'amorce une remontée vers le nord de l'Espagne, puis la France et enfin l'Italie. Le changement de température et de climat se fait vraiment ressentir quand je passe une nuit en tente dans la neige à la frontière entre la France et l'Italie ! 

En Italie, je rencontre Selena et Enrico à Padoue, qui ont appris l'Espéranto en 2001 et 2006 mais qui utilisent moins la langue qu'il y a quelques années. Par ailleurs, ils apprécient toujours autant rencontrer des personnes du monde entier en voyageant ou les accueillant chez eux.

 

***

 

It has now been 2 months since my adventure began, and, after hitchhiking for 6,000 kilometres, I am beginning to get closer to what I came in search of: living with Esperantists. 

After meeting Jordi in Almeria, I headed for Granada, where I met Antonio, who lives surrounded by some breathtaking scenery. His house is in the middle of the olive groves and his nearest neighbour is over 5 kilometres away! I stayed for a week in house, which he built virtually by himself and which is 100% self-sufficient (it has solar panels and a 150 m well for water). For the first time, I found myself in the company of someone where our only common language was Esperanto! It led to a couple of amusing scenes, but we got on well. The language that was created to allow people of different cultures to communicate was keeping its promises! This encounter confirmed my desire to continue learning this language and meeting its speakers. 

Following a short visit to Seville, I began to travel back to the north of Spain, then to France and finally to Italy. The change in temperature and climate was really noticeable when I spent a night camping in the snow on the French-Italian border! 

In Italy, I met Selena and Enrico in Padua. They learned Esperanto in 2001 and 2006, but do not use the language as much as they did a few years ago. Moreover, they still enjoy meeting people from all around the world, when they themselves are travelling or as guests in their home.

 




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.